Histoire

Pour la petite histoire ...

A BEAUREPAIRE, les premiers lieux habités furent le CHIRON, les ARDILLERS, et PAILLERS. C’est là que furent trouvées les Haches polies qui étaient leurs outils primitifs.

On trouve des chirons un peu partout : au CHIRON d’abord, puis à la DABRETIERE, ARDANNES, le PLESSIS, les CHAMBRETIERES, qui indiquent des amoncellements de pierres, des démolitions anciennes.

Puis des CHAMPS DE LA PIERRE à l’ECHASSERIE, à L’AURAIRE, La RICHERIE, La BURNIERE, qui indiquent des Menhirs détruits ; des CHAMPS DE LA CAVE : anciens souterrains ; des CHAMPS DE LA CROIX : croisées de chemins antiques.

Tout cela indique une occupation très ancienne.

PAILLERS fut, dès l’époque Gauloise, une bourgade importante où se croisaient des pistes préhistoriques, qui devinrent chemins Gaulois, puis des routes romaines.

Un des premiers chemins venant de DURINUM (St-Georges) passait par la RICHERIE, PAILLERS, pour s’en aller vers les bois verts et plus loin.

St-MARTIN DE VERTOU qui évangélisa tout notre bocage y établit un Prieuré dédié à St-PIERRE, qui devint un Doyenné important, détruit par les Normands, mais qui subsista jusqu’après la Guerre de Cent ans.

Les Romains y tracèrent des routes : celle de BREST à AIGUES MORTES qui passe au CHIRON, l’AURAIRE, BERTRE. Sur le bord de cette voie Romaine, près de l’AURAIRE, se dressait une Villa Gallo-Romaine, dont les restes ont été retrouvés.

Un autre venant de la côte et allant vers LYON, passait par BAZOGES, la JUMAUBRETIERE, la BLANCONNIERE, l’AURIAUDIERE, le PLESSIS. Une troisième remontait de cette dernière voie en passant par l’ECHASSERIE, BELLE FONTAINE, la SIMBRANDIERE, vers la LOIRE.

A l’emplacement du Bourg actuel, deux immenses étangs au bord desquels les Vicomtes de THOUARS construisirent après l’an Mille une maison de chasse, à laquelle ils donnèrent le Nom de BELLE-RETRAITE, qui en latin se prononçait « PULCHRUM – REPAIRUM « , d’où BEAUREPAIRE.

Plus tard cette Maison de chasse se transforma en Château de pierre, c’est l’actuel GRAND LOGIS, au milieu du Bourg.

Le dernier Seigneur de THOUARS, MILIS II, eut deux Filles, dont l’une Catherine fut mariée au célèbre GILLES DE RAIS, le BARBE-BLEUE de la légende, qui devint ainsi Seigneur de BEAUREPAIRE.

Immensément riche, compagnon de JEANNE-D’ARC, MARECHAL DE FRANCE, qui après une vie d’orgies et de crimes, finit sur le bûcher à NANTES en 1440.

Sa Veuve CATHERINE DE THOUARS après son remariage avec JEAN DE VENDOME, fit construire la première Eglise de BEAUREPAIRE en réparation des crimes de son premier Mari.

C’est le transept actuel de l’Eglise à laquelle au XIX ème siècle on ajuta un Chœur, une Nef et un Clocher.

Elle la consacra au Diacre Romain, St-LAURENT, qui comme son Mari subit le supplice du feu, et dont la statue orne les restes du retable du 17 ème siècle, pendant qu’elle faisait timbrer de ses armoiries, la clef de la voûte de l’ancien Chœur.

Une belle porte ogivale sert d’encadrement à la plaque des Guerres de Vendée.

Etant donné la proximité des frontières du Poitou, de la Bretagne et de l’Anjou, après la Guerre de CENT ANS, des domaines furent distribués aux Chevaliers pour les fixer sur place et ils y édifièrent de petites maisons fortes, telles :

LA BOISSELETTE, LA GUIGNAUDIERE, la JUMAUBRETIERE, le PLESSIS, la SOUCHAIS, la GODARDIERE, le BOIS PORCHER, la RICHERIE qui appartint aux Amiraux BARRIN de la GALISSONNIERE, la PINTROLIERE dont le Seigneur fut à la suite d’un pari insensé, mis à la broche et rôti au Château de BEAUREPAIRE en juillet 1728.

Un certain nombre de ces Manoirs conservent encore quelques vestiges anciens.

Aux ARDILLERS où tournaient cinq moulins à vent, un important Prieuré disparut au cours des Guerres du Protestantisme, son Prieur ayant embrassé la nouvelle religion et s’en étant emparé. Ces Moines possédaient aussi les moulins à eau de BERTRE.

Au moment de la révolution, le château de Beaurepaire appartenait à Charles-Gabriel GIRARD DE BEAUREPAIRE qui fût un des chefs de l’armée Vendéenne du Centre et mourut des suites de ses blessures au-delà de la Loire, à Fougères.

Le château de BEAUREPAIRE servit de quartier général à l’armée du Centre, commandée par SAPINAUD de la RAIRIE, après l’incendie de la GAUBRETIERE en février 1794.

Au siècle dernier, de charmants petits oratoires de granit, au toit pyramidal ou en ogive, surmontés d’une croix et renfermant une statue de la Vierge, de même que de nombreuses Croix de granit furent édifiés aux détours des chemins, sur tout le territoire de la commune, bien souvent en souvenir des Morts des Guerres de Vendée, ou à la suite d’un Vœu.

Partager cette page sur